Golbarg

Modérateur : Hamtaro

Répondre
Avatar du membre
Dwagon
Maitre des critiques Suprême
Maitre des critiques Suprême
Messages : 6749
Enregistré le : dim. juin 25, 2006 7:29 pm
Prénom : Anthony

Golbarg

Message par Dwagon » mer. juin 29, 2011 3:57 pm

Il y a longtemps, alors que l'Europe était toujours calme et prospère, à l'abri de la menace Granbretonne, Golbarg, qu'on appelait encore Gilbert à l'époque vivait en Scandie et y semblait tout à fait heureux.
Il vivait alors en compagnie de sa famille, une femme et 3 petits enfants, dans une maisonnée qu'il avait bâti de ses mains, prêt de la forêt ou il était bûcheron.
Fier de ses origines, et attaché à sa famille comme à ses ancêtres, Gilbert travaillait dur pour nourrir les siens.

C'est un jour d'automne que le drame se produisit. Les Granbretons, après avoir soumis les leurs, s'en prenaient alors à leur voisin. Sans laisser la moindre chance à ceux qui résistaient, et humiliant ceux qui se rendaient. La Scandie n'appartenait plus aux Scandiens.
Lorsqu'il rentra chez lui, au crépuscule, il découvrit sa maison calcinée, le corps de sa femme tenant encore la hache qu'elle avait prise pour défendre ses enfants. Il ne restait rien de la vie qu'il avait le matin même.

C'est l'esprit embrumé par le chagrin qu'il se fit prendre par une patrouille. Après des semaines de captivité et de torture, il savait qu'il avait été transporté quelques part, sans savoir où. C'est lorsque qu'on le lâcha, désarmé, dans une arène qu'il su que les Granbretons ne souhaitaient que s'amuser avec lui. Il acquis à ce moment, la ferme intention de ne pas les décevoir. Après être parvenu à vaincre une horde d'animaux sauvages affamés avec ses seuls poings, les scientifiques prirent plaisirs à l'utiliser comme cobaye.
De ces expériences, il en garde sa démarche maladroite et une difficulté dérangeante à articuler quand il parle, ne sachant même plus prononcer son propre nom.
Mais de cela, il garde une force physique et quelques atouts de taille, qu'il espère bien, un jour, pouvoir retourner contre ces monstres.

Animé par cet objectif, il patienta longtemps, alors qu'on jouait avec son corps et son esprit, avant de voir l'occasion de s’échapper.
C'est par la mer qu'il trouva le salut. Une traversée interminable, dont il ne voyait pas le bout, qui lui à fait croire longtemps qu'il ne verra plus jamais une côte. Jusqu'à ce que, enfin, la terre, et la liberté.

Longtemps obligé à cacher sa nature, et se faire le plus discret possible, il se déplaçait pour échapper à l'avancée, inexorable de l'Armée Granbretonne. Mais désormais, il a fait plus d'une rencontre heureuse et a des alliés qui partagent son objectif.
Et enfin, 5 ans après son exil, un espoir : la scandie semble poser problème à cet Empire insatiable.
Il n’y a qu’une étérnité de damnation et le rire dément des dieux sombres.

Répondre